un communiqué de l’A.P.

lundi 12 mai 2008

AP - Dimanche 11 mai, 17h40

PARIS - Le gouvernement réfléchit à une réhabilitation "au cas par cas" des soldats français fusillés durant la première guerre mondiale pour désertion, mutineries ou refus d’obéissance, a déclaré dimanche sur France Info le secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants Jean-Marie Bockel.

Quelque 600 soldats ont été fusillés au cours de la Grande Guerre, "soit de manière individuelle pour des faits de refus de combattre ou autre dès le début de la guerre en 1914, soit de manière plus collective" au cours des mutineries de 1917, a expliqué M. Bockel.

"Nous préparons la possibilité, après cet examen au cas par cas, de donner un signe de réconciliation par rapport à un certain nombre de ces soldats", a ajouté le secrétaire d’État. "On doit être dans une démarche de réconciliation nationale, on ne doit pas opposer ceux qui ont combattu, qui sont morts pour la France et ceux qui sont morts" fusillés.

"On peut considérer qu’un certain nombre de soldats se sont bravement battus avant de commettre les actes pour lesquels ils ont été condamnés et exécutés", note M. Bockel.

En 1998, Lionel Jospin, alors Premier ministre, avait proposé la réhabilitation des mutins. Le président de l’époque, Jacques Chirac, avait cependant jugé cette volonté "inopportune". Il y a dix ans, "on était dans un contexte différent", a estimé Jean-Marie Bockel.

"Dans ce domaine de la mémoire, au fur et à mesure que les années passent, on rentre dans l’histoire et on sort peut-être de ressentiments ou d’éléments de clivages qui peuvent survivre très longtemps. Il y a un temps pour tout et il y a un temps pour la réconciliation", dit-il. "Il y a dix ans, ce temps n’était pas encore venu. Aujourd’hui, il est venu". AP



Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER