La Libre Pensée sur France culture dimanche 10 novembre 2013

lundi 18 novembre 2013
par  libre pensee2
popularité : 98%

Emission animée par Marc Blondel, Président de la Fédération nationale de la Libre Pensée et Pierre Roy, membre de la Commission administrative nationale et référent sur le dossier des Fusillés pour l’exemple.

M.Blondel : Bonjour, je vous invite aujourd’hui à examiner ensemble une situation particulière due à cette première guerre qui fut une guerre infâme et dévastatrice. Durant de nombreuses années nous avons essayé, avec plusieurs organisations, de faire valoir d’une manière globale que tous ceux qui étaient morts à l’occasion de ce conflit étaient morts pour la France. J’ajouterai de surcroit qu’ils ont été utilisés. Je reprendrai la formule d’Anatole France « On croit se battre pour la patrie et on se bat pour les industriels. ».
A l’occasion, premièrement, du 100ème anniversaire qui va être fêté, honoré, expliqué, précisé l’année prochaine, les autorités publiques ayant jugé utile sur le plan national et international de faire revivre ce conflit, nous avons, nous, insisté sur un autre dossier, un dossier parallèle.
Pour vous en parler dans cette émission je vais travailler avec Pierre Roy, en direct des studios de Saint Etienne, qui est un spécialiste pour la Libre Pensée et qui suit le dossier.
Avec Pierre nous allons essayer d’expliquer à la fois l’importance du conflit, ses conséquences et, soyons clairs, nous allons essayer de peser sur les décisions éventuelles que pourrait prendre le Président de la République, l’autorité publique, que nous avons sollicité et sollicitons depuis longtemps de manière à obtenir la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple.
Pour bien comprendre ce dossier je vais demander à Pierre de nous préciser ce que fut la portée exacte du conflit.

P. Roy : Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais cette guerre, comme tu l’as qualifiée, était une guerre infâme, épouvantable, ne serait-ce qu’en termes de morts militaires puisqu’on a comptabilisé à l’échelle internationale plus de 10 millions de morts militaires et un peu moins de civiles. En France on a eu environ 1 400 000 morts militaires et environ 300 000 civiles. Mais c’est sans compter les blessés et mutilés de toute sorte. Les mutilés à la fois physiques et mentaux puisque beaucoup de ces poilus sont sortis en état de folie : environ 4 000 000 soldats reconnus comme ayant été atteints dans leur chair ou dans leur psychisme, et ce rien que pour la France.
Ça a été un conflit épouvantable qui a mis le monde à feu et à sang car même si le théâtre des opérations était pour la plus grande partie limité à l’Europe, beaucoup de pays d’Afrique, d’Asie, d’Australie, d’Amérique (USA, Canada), ont participé à cette guerre et ont laissé des morts sur les champs de bataille.
Ce conflit a duré plus de 4 ans, créant des conditions épouvantables pour les soldats qui étaient enterrés dans des tranchées, vivant au milieu des rats, de la boue, des excréments etc. Quelque chose d’innommable !
Voilà pour un portrait rapide, trop rapide, des conditions dans lesquelles se conflit s’est déroulé.

M.B. : Pour donner la dimension et sensibiliser un peu plus nos auditeurs, je vais dire qu’il n’y a vraisemblablement pas une famille française qui a échappé à ce conflit. La mobilisation a été générale.
Je rappelle qu’avant la guerre, des gens comme Jaurès dénonçaient les risques de ce genre de chose. Il y a eu un comportement nuancé : ceux qui sont partis en disant « il faut qu’on s’en débarrasse » et ceux qui sont partis plus réservés.
Ce qui est clair c’est qu’au lendemain de la guerre en 1918, tout le monde condamne la guerre ! L’expérience a été telle que les blessés étaient appelés les « gueules cassées » et ce n’était pas un vain mot compte tenu du nombre de blessés et des terribles séquelles.
Pour rester dans le cadre de notre démarche, il faut penser que la situation était la même pour tous les belligérants. Il y a eu la démonstration de ce qu’apporte la guerre non seulement comme troubles, mais comme désastres. C’est en définitive l’un des points de notre réflexion.
Le deuxième point c’est qu’au lendemain, comme toujours dans ce genre de chose, il faut faire valoir pour l’Histoire. Il faut valoriser les actes de bravoures etc.. C’est comme cela que dans toutes les communes de France il y a des monuments selon deux choix : il y a les monuments qui ont rappelé la démarche héroïque des poilus. Il fallait effectivement être un héros pour aller se donner en pâture à l’ennemi. Inversement il y a ceux qui le regrettaient et il y a toute une série de monuments, que nous qualifieront de pacifistes, qui rappellent les conséquences de la guerre et notamment le fameux monument de Gentioux. Je te demande Pierre de bien vouloir nous parler de ces monuments.

P. R. : En effet on a recensé plus de 100 monuments aux morts à caractère pacifiste. On doit en être à 120, 130 et on n’a certainement pas tous comptabilisé. Gentioux est le monument emblématique avec ce jeune garçon orphelin qui brandit son poing sous les mots « Maudite soit la guerre » et la liste de tous ceux qui ont été tués dans la commune qui figurent sur la stèle. Il y en a d’autres : Saint Martin d’Estreaux par exemple qui porte gravé un véritable manifeste pacifiste dont je peux extraire ces quelques mots : « des innocents aux pelotons d’exécution, des coupables aux honneurs ».
Ces monuments sont l’expression du fait qu’il y avait un rejet profond de la guerre, dans les municipalités, parfois avec des conflits, car certains n’étaient pas sur cette orientation.
Là où les choses ont pu se faire c’est, soit parce que les autorités ont fermé les yeux, soit parce qu’il y a eu une souscription dans les villages qui a suffi pour que l’on puisse construire le monument. Ces monuments pacifistes sont de véritables protestations contre la guerre et pour nous qui nous rassemblons régulièrement autour d’eux, et qui allons le faire très bientôt (plus de 100 rassemblements en France), ces monuments sont la condamnation de la guerre matérialisée et exprimée dans la pierre.

M.B. : A partir de ce que tu viens de préciser nous entrons dans la réflexion sur les Fusillés pour l’exemple.
Qu’est ce que ça veut dire « Fusillé pour l’exemple » ? Cela veut tous simplement dire que devant le comportement de certains, les officiers, sur le champ, ont réglé quelques problèmes si chose dire. Ce n’est pas l’instituteur qui met la fessée pour que les élèves soient sages, c’est l’officier qui prend son pistolet et qui tire sur celui qui marque une hésitation avant d’attaquer ! On lui a dit d’attaquer mais il sait d’avance l’issue.
Il faut aller sur le terrain ! Je conseille aux auditeurs qui seraient sceptiques d’aller à Craonne ou ailleurs et ils verront que c’était l’abattoir. Les allemands détenaient des postes et lorsque l’on montait à l’assaut ils tiraient les soldats comme on tire les pipes à la foire du Trône si j’ose dire ! C’était la même chose dans la situation inverse ! Les ordres étaient de charger, de gagner absolument du terrain. Pour les maréchaux, pour les officiers il n’y avait plus de notion d’homme. Il n’existait plus.
Celui qui hésitait, était le cas douteux et donc on le fusillait pour l’exemple. Il y a eu des jugements d’exceptions avec des juges militaires, des dossiers à charge et bien entendu sans possibilité de défense car personne n’aurait prendre la défense d’un soldat dans cette position par crainte de se retrouver dans la même situation !
Il y a eu 2500 jugements donc 650 ont été exécutés et dont nous avons les traces ce qui est important pour le reste de notre réflexion. Nous avons les traces et savons ce qui s’est passé. Les causes sont très différentes et l’une d’elle est la fraternisation. Tous cela a provoqué une certaine émotion à l’origine de films, de chansons et de toute une série de choses. Durant le conflit, la Ligue des Droits de l’Homme est allée en justice pour essayer de casser les décisions et ils ont plus ou moins obtenus satisfaction. Avec le temps le dossier c’est éthéré et c’est nous qui l’avons repris il y a un peu plus de quinze ans maintenant. Tous les ans, le 11 novembre, nous faisons des manifestations en association avec les anciens combattants, la LDH, l’Union Pacifiste, le Mouvement de la Paix et tous ceux qui ont pris conscience de l’importance de la chose et qui disent : ces gens ont été tués par des balles françaises, ils sont victimes de la guerre comme les autres, il faut donc qu’ils soient respectés comme les autres.
Soyons clairs ! Il ne s’agit plus maintenant de savoir si Mme Dupont va avoir la retraite de M. Dupont qui a été fusillé pour l’exemple, pour la simple et bonne raison que Mme Dupont est morte.

Nous sommes à la veille de déclarations éventuelles du Président de la République. Une déclaration avait été faite en 1998 par Monsieur Jospin, déclaration plus ou moins reprise, dans des formes édulcorées mais avec le même objectif, par Sarkosy quand il avait dit qu’ils n’avaient pas démérités, que ce n’étaient pas des lâches.
Maintenant il faut être clair : nous voulons le terme de réparation c’est-à-dire la réhabilitation. Ces gens qui ont été montré du doigt ne doivent plus l’être !
Il ne s’agit pas d’une repentance. Si nous condamnons quelque chose c’est la guerre !
Il n’y a aucune raison que l’on montre ces gens du doigt. Si l’on regarde dans le détail on s’aperçoit que bien souvent cela n’était pas fondé ou bien sur des arguments stupides. Il y a même eu des tirages au sort !
Pierre, peux-tu nous préciser l’état du dossier ?

P.R  : Depuis plus de 25 ans que nous menons ce combat 23 Conseils généraux ont pris position pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple. 3 Conseils régionaux, de multiples Conseils municipaux demandent la réhabilitation des fusillés pour l’exemple.
Il y a un véritable mouvement de fond, de toutes tendances, qui se manifeste auprès et chez des élus. Il y a une vraie demande profonde de réparation morale pour tous ces gens qui ont été fusillés pour l’exemple.

M.B. : Pierre, parmi ceux qui avaient pris position il y avait le Président du Conseil général de la Corrèze !

P.R : Monsieur François Hollande !

M.B. : On attend donc Hollande !



Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER