Contre les atteintes à la laïcité, Il faut défendre la Loi de 1905 !

jeudi 22 septembre 2011
par  federation nationale
popularité : 92%

Le 14 juillet 2011, Marc Blondel – Président de la Fédération nationale de la Libre Pensée – s’adressait à Nicolas Sarkozy – Président de la République. Il lui écrivait : « Régulièrement nous sommes dans l’obligation de saisir les tribunaux compétents pour violation de la lettre et de l’esprit de la Loi de 1905, les autorités dirigeantes de différentes familles politiques (majorité ou opposition) affectant des aides, y compris financières, à des activités cultuelles sous prétexte d’actions culturelles, artistiques, voire touristiques.

J’ai d’ailleurs eu l’occasion de vous faire part de cette préoccupation lors de la venue du Pape Benoît XVI à Paris, comme j’ai marqué, publiquement, mon étonnement de voir le Premier ministre vous représenter, officiellement, lors de la béatification du Pape Jean-Paul II. Cette fois, c’est une circulaire de Monsieur le ministre de l’Intérieur (chargé notamment des cultes) qui fait l’objet de mon interpellation.

Celle-ci, datée du 21 avril 2011, enjoint les Préfets de désigner un correspondant laïcité dans chaque Préfecture et préconise l’installation d’une conférence départementale de la liberté religieuse ».

Cette conférence rassemblera des élus, les responsables des services publics ainsi que les représentants des cultes

Voici l’objectif véritable définit par cette circulaire : « Il aura également la mission d’animer la conférence départementale de la liberté religieuse que je vous demande d’installer à l’automne puis de réunir en fonction des enjeux locaux, à un rythme régulier. Même dans un régime de séparation il y a, et il doit y avoir, dialogue entre les cultes et l’État. Cette conférence départementale rassemblera des élus locaux […], les responsables des services publics […] ainsi que les représentants des cultes ; […] poursuivre le travail de sensibilisation auprès des élus locaux pour faciliter la création de carrés confessionnels […]. »

La liberté de conscience des citoyens, garantie par la Loi de 1905, est rabaissée à n’être plus que la liberté religieuse des communautés de croyants.

« Les religions sont essentielles dans le tissu social des pays européens ».

Cette circulaire de Claude Guéant, faisant suite au battage médiatique de l’UMP, s’inscrit dans le droit fil du projet clérical du Traité de Lisbonne : « l’Union européenne entretient un dialogue ouvert et régulier avec les religions, les Églises et les communautés de convictions » (article 17-C). Elle est de la même veine que la rencontre du 30 mai 2011 entre les présidents de la Commission, du Parlement et du Conseil de l’Europe avec les dirigeants religieux européens, lors de laquelle Jerzy Buzec (président du Parlement européen) a déclaré : « les religions sont essentielles dans le tissu social des pays européens ». 

Quant à ce qu’ils nomment « tissu social des pays européens », l’exemple de la Grèce nous montre de quoi il s’agit : vente à l’encan des biens de l’État, liquidation des services publics, privatisations, licenciements, chômage, misère… Mais préservation de l’immense patrimoine immobilier et financier de l’Église orthodoxe. Ils estiment que le secours des religions, qui toutes prêchent la résignation, la soumission et la charité, leur est nécessaire, tout comme la division des peuples en communautés religieuses, ethniques ou régionales ... Diviser pour régner.

La Loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905 est liquidée au profit de la récléricalisation accélérée des services publics et de la « sensibilisation » des élus aux intérêts des communautés religieuses et de leurs chefs. Avec, en prime, le retour des carrés confessionnels, interdits par la République le 14 novembre 1881.

C’est pourquoi, la Libre Pensée condamne les décisions du 19 juillet 2011 du Conseil d’État. Celui-ci s’est prévalu abusivement de la notion d’intérêt public local pour dénaturer la lettre et l’esprit de la loi du 9 décembre 1905 afin d’ouvrir une brèche par laquelle se déverseront massivement les aides publiques aux cultes et est allé jusqu’à juger que les textes relatifs aux baux emphytéotiques administratifs constitueraient, en dépit de l’absence de base légale expresse, une dérogation à cette loi fondatrice pour la République. Ces décisions sont un passeport vers un concordat généralisé.

Ne pas subir, réagir

En conséquence, la Fédération nationale de la Libre Pensée appelle ses Fédérations départementales à refuser, comme dans le département des Ardennes, de participer à ces « conférences départementales de la liberté religieuse ». La Libre Pensée ne sera pas complice d’une telle forfaiture antilaïque.

Avec la Libre Pensée, défendons, sans compromission, la laïcité !

Paris, le 22 septembre 2011


Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER