La Libre Pensée sur France Culture - 11 septembre 2011

jeudi 22 septembre 2011
par  libre pensee2
popularité : 72%

Auditrices, auditeurs bonjour,

Au micro David Gozlan, Secrétaire-général adjoint de la Fédération nationale de la Libre Pensée dont je reçois aujourd’hui le Président : Marc Blondel.

Marc Blondel : Bonjour

D.G. : Nous allons traiter l’actualité estivale de la Libre Pensée qui a été très importante. Marc peux-tu revenir sur les différents événements qui ont eu lieu cet été ?

M.B. : Oui et avec une relative fierté. Nous avons tenu courant août notre congrès annuel à Foix dans l’Ariège. Mais surtout, une dizaine de jours avant nous étions à Oslo où nous avons mis debout une organisation importante dont l’objectif est de rassembler les libres penseurs de tous les pays c’est-à-dire une Internationale. Nous renouons là avec une démarche qui fut celle de nos anciens et qui me semble utile maintenant, pour différentes raisons sur lesquelles nous reviendrons, de préciser les choses. Nous avons déjà là un degré de satisfaction mais bien entendu comme nous sommes insatiables nous irons plus loin.

D.G. : Concernant le congrès de Foix, j’ai lu les textes adoptés et notamment un appel intitulé « L’école laïque en danger » disant : « Nous sommes en situation d’urgence. Le congrès national de la Libre Pensée lance donc un appel solennel aux citoyens, à tous les républicains, aux partis, syndicats, associations, aux maires, à tous ceux qui sont attachés à la laïcité de l’Ecole et de l’Etat, il faut sauver l’Ecole laïque ! ». Marc est ce que tu peux revenir sur cette situation d’urgence ? Pourquoi avoir lancé cet appel là ?

M.B. : Je veux aussi essayer de préciser parce que je crois qu’il ne faut pas laisser le sentiment que la Libre Pensée est un rassemblement permanent de quelques vieux "laïquards" plus ou moins "combistes" etc.
La formule traditionnelle nous la connaissons tous : "ce fut un bon congrès". On peut l’employer cette fois sans hésitation dans la limité où d’une part pratiquement toutes les fédérations étaient représentées et d’autre part le nombre de participants étaient élevés, plus de 200. De surcroit les travaux ont été permanents et constructifs à la fois dans les séances plénières et dans les commissions. Nous pourrions penser qu’étant dans l’Ariège le tourisme l’emporte, mais non. Nos camarades sont restés là et ont travaillé, et parfois les débats ont été relativement vifs, y compris sur des problèmes qui sont des points de vue qui sont largement partagé par tous le monde.
Bien entendu le débat sur la laïcité est une ligne de conduite "incontournable". Ce sont les faits qui nous conduisent à ça ! Si nous étions assurés que la laïcité française, ou la laïcité à la française ou plus précisément la laïcité universelle était appliquée dans notre pays et qu’elle ne fasse pas l’objet d’attaques permanentes alors effectivement nous aurions peut-être plus de temps à consacrer à d’autres choses notamment les atteintes à la liberté. Nous avons traité de ce genre de choses et notamment sur les coercitions. Ces attaques contre la laïcité, ou la remise en cause de la laïcité, se font progressivement par la volonté de plusieurs facteurs et en premier lieu le comportement du gouvernement français et du Président Sarkozy. Je ne reviens même pas sur ses déclarations, ce n’est pas cela le problème, à la limite on finit par se demander si il ne fait pas de la provocation. Il est aussi secondé dans cette affaire et soutenu par le comportement de l’Union Européenne. Là aussi il y a des choses qui méritent quelques réflexions et interrogations. Nous avons appris et constaté que l’UE a constitué des groupes de concertations qui sont généralement dirigés par des croyants, des bons croyants. Un exemple ? Celui que nous connaissons tous sur la bioéthique. Il est certain que savoir si l’embryon humain c’est une chose et ensuite un être humain ou si c’est tout de suite un être humain, c’est un débat et je suis pour que la science puisse travailler le mieux possible et que les citoyens jugent de ce que l’on peut faire et ne pas faire. Savoir qu’au niveau Européen on consulte et que cette consultation est composée pour l’essentiel de gens qui sont engagés, qui ont des responsabilités dans la hiérarchie et notamment catholique, cela me fait sursauter. Le corolaire c’est qu’en France au Sénat au moment où l’on discute de cette question, Mgr Barbara, archevêque de Lyon, se fait le relais du Vatican et donne l’ordre aux élus de voter contre le texte ! Il y a intrusion.
Deuxième exemple significatif : au niveau européen on veut contrôler ce qui se passe sur le web pour que nos enfants ne puissent pas voir des choses qu’ils ne devraient pas voir. Alors on a mis en place une commission et le président de cette commission est un homme de l’Opus Dei !

D.G. : Il dirige donc obligatoirement la restriction.

M.B. : Il fixe la morale. Ce sont eux qui définissent la morale selon les normes, les contingences et les dogmes. Je comprends mieux pourquoi en Angleterre le jeune qui avait déclaré sur le web "on va faire une émeute" a eu 4 ans de prison. Tous cela forme un tous et l’on rentre dans une mécanique qui est une mécanique de soumission. Le problème de la laïcité s’inscrit là-dedans.

D.G. : La rentrée actuelle, sur ce problème de la laïcité, avec ce que Guéant a déclaré récemment, rejoint totalement ton propos.

M.B. : Le problème est simple. La loi de 1905 servait aux associations, et notamment aux associations laïques comme la Libre Pensée, pour aller devant les tribunaux et dire "ils utilisent l’argent public pour soutenir des affaires qui ne sont pas du tout des affaires culturelles, comme elles sont présentées, mais bien cultuelles etc.". Et nous avons gagné beaucoup de procès, le plus important étant les ostensions dans le Limousin par exemple. Déjà les représentants politiques du Limousin avaient indiqué qu’ils allaient aller devant le Conseil d’Etat pour demander si la loi de 1905 était constitutionnelle ! Nous nous étions battus contre ça et ils avaient abandonné. Le Conseil d’Etat s’est mis à étudier les choses et a fait des révisions de procès qui tentent de retourner la jurisprudence. Le problème est simple et personne n’ose le dire directement mais je n’ai rien à cacher : tous cela c’est pour savoir comment on va faire pour financer les mosquées. On entend "la loi de 1905 a été adoptée en France, mais à l’époque la religion islamique n’existait pas." C’est faux. Il y avait les colonies françaises dans lesquelles il y avait des islamistes bien entendus. La loi de 1905 a été prise pour se protéger des religions, de toutes les religions, quel que soit la nature et le caractère des religions. Une religion n’était pas plus visée qu’une autre c’était contre toutes les religions. Il n’y a pas d’éléments nouveaux dans cette affaire et sous couvert de ce prétexte là, on va aller parfois jusqu’à la xénophobie avec la confusion entre "arabe" et "islamiste".
Le Président et le gouvernement ont parlé de "l’islam de France". Est-ce que le gouvernement aurait le culot de parler du catholicisme français ? Est-ce que le catholicisme n’est pas à vocation universelle ? Est-ce que les religions par définition ne sont pas universelles ? Pourquoi feraient-ils un "islam de France" ? Et bien là encore je fais un procès d’intention : c’est parce qu’ils ont l’intention de le financer. C’est le seul moyen qu’ils ont pour "les tenir en laisse" en quelques sortes.
Il y a donc eu les décisions de révisions et de renvois de procès qui ont été rendues par le Conseil d’Etat et derrière il y a Monsieur Guéant. Il a fait une circulaire qui est passée beaucoup plus discrètement. L’opinion publique n’a pas été informée, les journalistes n’en ont guère parlé excepté la presse d’opinion.

D.G. : Cette circulaire a quel objectif ?

M.B. : Elle décentralise les contacts. Tous les Préfets ont reçu l’ordre de mettre debout des comités départementaux, locaux, de la laïcité dans lesquels il y aurait les représentants des religions et les représentants des hautes administrations (hôpitaux, rectorats etc.). Il y aurait discussion entre ces gens, une discussion parallèle dans laquelle le Conseil Général, les élus ne comptent plus.

D.G. : Dans un dialogue interreligieux un peu ?

M.B. : Voilà ! Imaginons : dans tel département les protestants sont majoritaires, dans tel département les catholiques sont majoritaires, dans tel département les musulmans sont majoritaires, on ferait donc une interprétation de la loi qui serait différenciée selon les uns et les autres. Cela s’appelle le communautarisme.
Je le dit et je le répète, le communautarisme dans notre pays c’est l’amorce de la guerre civile, c’est l’inverse de la République une et indivisible, c’est l’inverse de la loi applicable à tous, c’est l’inverse de l’égalité. L’identification des gens à travers leur religion c’est accepter que la religion devienne un élément déterminant dans la vie politique du pays. Ça, même si l’on croit, si l’on est un vrai citoyen français, si l’on est attaché à la république, on doit se battre contre ça !

D.G. : La croyance est une affaire privée. Sur ces sujets là on voit bien de quelle façon tu passes tu lobbying européen au fait que ces commissions régionales puissent aussi faire du lobbying et casser la République.

M.B. : Excuse-moi mais c’est plus qu’un lobby. A la limite avec sa circulaire, en demandant aux Préfets de faire se genre de choses, M. Guéant fait plus que Barroso avec ses commissions soi-disant d’experts. C’est beaucoup plus grave car il les institutionnalise ! Monsieur Guéant, et le gouvernement, fait cela dans le cadre de la démarche générale de l’Europe et je rappelle plus particulièrement qu’en Europe seuls la France et le Portugal ont une constitution dite laïque et que les autres pays reconnaissent officiellement les religions comme participant à la vie publique. Regardez ce qui se passe actuellement en Grèce : on ne peut pas voir quelqu’un à la télévision sans qu’il y ait un Pope derrière ! Ce n’est pas la tradition de notre pays.

D.G. : Revenons justement à la sphère internationale. Le 10 août, à Oslo, a été proclamée l’Association Internationale de la Libre Pensée. Est-ce que tu peux nous en dire quelques mots ? Pourquoi cette Internationale ? Quel a été le cheminement ?

M.B. : Nous sommes allés à Oslo parce que nous appartenons à une association internationale humaniste qui tenait son congrès à Oslo. Les circonstances ont fait que nous y allions après une catastrophe et je veux dire quelque chose qui me semble être au crédit des norvégiens. Pour partir il a fallu que je montre mon passeport et arrivé à Oslo on ne me l’a pas demandé. Pourtant 1 mois avant un zigoto a tué 80 personnes, s’est comporté comme un fou et qui a mon avis aurait dû traumatiser sérieusement. Nous en avons discuté avec les autorités et on nous a dit "non, il ne faut pas traumatiser les gens". Oslo est une ville où il n’y a pas un flic à tous les coins de rue et cela est relativement satisfaisant pour tenir un congrès comme nous l’avons fait. Notre congrès : 130 personnes et travail en 3 langues. Cela faisait suite à un manifeste sur la libre conscience que nous avons envoyé qui a eu un très grand succès. Nous avons réussi à mettre debout le système mais nous ne désirons pas qu’il soit sous contrôle français d’où l’existence de 6 portes paroles que nous pouvons peut-être citer.

D.G. : Oui, il s’agit de : David Rand (Canada), Albert Riba (Espagne), David Silverman (USA), Antonio Vergara (Chili), Keith Porteous Wood (UK) et Christian Eyschen (France).

M.B. : Nous allons maintenant ensemble essayer de faire évaluer les choses à partir d’un point de départ qui est le point déterminant : la séparation des Eglises et de l’Etat. Cela est vrai pour tous les pays même dans ceux où le principe est énoncé car cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de violation. Nous n’allons pas essayer de faire adopter le raisonnement des libres penseurs français mais nous voulons partager et nous voulons discuter des orientations à donner, des analyses et apprendre des autres.

D.G. : L’émission se termine. Merci Marc. Vous pouvez trouver toutes les informations sur notre site internet.
Merci aussi à vous auditeurs et auditrices de nous avoir écouté. A bientôt.


Documents joints

France culture 11/09/2011
France culture 11/09/2011

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER