Débat Islam et Laïcité à l’UMP :
Derrière le fil à couper le beurre,
une dangereuse offensive antilaïque

lundi 11 avril 2011
par  federation nationale
popularité : 45%

L’UMP, parti de Nicolas Sarkozy, a décidé d’engager un débat public sur la laïcité sous le seul angle du rapport à l’Islam. Annoncé en fanfare depuis des mois, ce débat s’est terminé, le 4 avril 2011, par une petite musique de chambre. Pour autant, il ne faudrait pas en conclure qu’il n’ouvre pas la voie à une offensive d’envergure contre la Laïcité de l’École publique et de l’État.

Il est significatif que seuls les hauts représentants des religions aient été invités à ce débat. Aucune association laïque ne l’a été. Pour un débat sur la laïcité, cela en dit bien long. Le fait que la plupart des responsables religieux furent absents de ce débat n’enlève rien au fait que, pour l’UMP, la laïcité se résume à l’addition des religions, excluant ainsi les millions de citoyens qui ne se reconnaissent pas dans ces références métaphysiques et les millions de croyants qui veulent vivre leur religion de manière privée.

Il s’agit donc bien, sous couvert d’intégration, de favoriser les communautarismes religieux. C’est un encouragement officiel à ce que les religions « s’institutionnalisent davantage » (page 13 du document UMP).

Remettre en cause la loi de 1905

Dans la plus grande confusion juridique, l’UMP parle de sphères « religieuse, politique, temporelle, spirituelle », confondant volontairement les notions de sphère privée et de sphère publique, définies par les lois de 1901 et de 1905. Ce galimatias juridico-aventureux n’a qu’un seul objet : remettre en cause la frontière entre les associations culturelles (loi de 1901) et les associations cultuelles (Loi de 1905). C’est la proposition N° 8, directement calquée sur les conclusions de la Commission Machelon.

Comme il fallait bien une cuillère de miel dans ce tonneau de goudron clérical, l’UMP propose un Code de la laïcité reprenant les textes qui existent. Jean-François Copé a réinventé l’eau chaude et le fil à couper le beurre.

Mais le tonneau de goudron, c’est la remise en cause pure et simple, des principales dispositions de la Loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Églises et de l’État. Ainsi, si d’aventure, les propositions de l’UMP devaient se traduire législativement et réglementairement, les religions pourraient voir financer grandement l’achat de leurs lieux de cultes par les fonds publics (proposition N° 5), on étendrait les carrés religieux dans les cimetières publics contre l’œuvre laïque de concorde de la IIIème République (proposition N° 10), les ministres du Culte seraient formés en tant que tel par l’université républicaine (proposition N° 4). C’est le Concordat étendu à toute la France.

La seule concession que « veut bien faire » l’UMP, en fait, c’est ouvrir le statut clérical d’exception d’Alsace-Moselle à l’Islam pour mieux l’étendre ensuite à toute la France.

Le retour des croisades pour défendre l’Occident ?

Détruisant la barrière juridique entre la sphère publique et la sphère privée, qui est la garante des libertés démocratiques fondamentales, l’UMP veut étendre, sous couvert de laïcité, la répression contre les musulmans partout et en tous lieux. Dans la rue, les magasins, les commerces, les cinémas, les entreprises privées, les établissements sanitaires et sociaux privés, les musulmans seront fichés, contrôlés, traqués, réprimés, censurés. C’est le triomphe de la xénophobie pure et simple.

C’est la Villa Susini, de sinistre mémoire, à l’échelle de tout le pays. Les musulmans n’auront droit de cité, et encore !, et pas trop nombreux, que s’il y a un Islam DE France, avec drapeau tricolore, baguette et béret obligatoires. L’UMP a renoncé à interdire les prêches en arabe et à les imposer en français, car, dans cette logique, il aurait fallu interdire la messe en latin. Cela aurait fait désordre pour ses électeurs catholiques intégristes.

La Séparation des Églises et de l’État impose que l’État ne se mêle pas des affaires religieuses. S’il y a un Islam DE France, alors c’est le retour à la religion d’État et du Concordat.

Rarement, on aura assisté à une telle escroquerie politique. « Ils forgent une chaîne et l’appellent liberté », disait Victor Hugo. L’UMP discourt sur la laïcité et refait le Concordat cléricalo-bonapartiste, tout en stigmatisant les « étrangers ». C’est Napoléon et Pétain dans le même fourgon, celui de Coblence.

La Fédération nationale de la Libre Pensée en appelle à l’opinion publique laïque pour empêcher ce coup de force antilaïque.

Ensemble, défendons la Loi de 1905 !

Paris, le 11 avril 2011


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER