Discours à Pontcharra, 26 mars 2011
Pour la Paix, la Démocratie et la Laïcité
Contre les dictatures et les missionnaires armés

mardi 29 mars 2011
par  federation nationale
popularité : 41%

Amis, Citoyens, Compagnons, Camarades,

Je vous apporte le salut fraternel de la Fédération nationale de la Libre Pensée.

Nous nous réunissions aujourd’hui à un moment historique qui n’est pas anodin. Le monde a peur, et le monde a raison d’avoir peur.

La nature a ses raisons que l’humanité ignore. Il aura suffi, le mot est faible, que des tremblements de terre entrainent des Tsunamis, pour que l’économie capitaliste tremble sur ses bases.

Ce monde sécuritaire est basé sur ce que disait le Président d’honneur de la Libre Pensée, Jean Rostand. Le capitalisme, « c’est la copulation contre-nature entre le militarisme et la science ». Ce monde est terrifié.

Le monde a peur, car cette économie artificielle tremble sur elle-même. On nous a dit pendant des décennies : « le capitalisme peut tout ». On s’aperçoit aujourd’hui, dramatiquement, que le capitalisme ne peut pas grand chose par rapport aux grandes lois de la nature. Aujourd’hui, c’est aussi la fin d’un système qui appelle un autre mode d’organisation économique de la société.

Ceci est un moment d’inquiétude, mais il y a aussi des moments de réconfort.

Ce qui se passe au sud de la Méditerranée, dans ce qu’il est convenu d’appeler « les pays arabes », est riche d’enseignement. Pendant des années, et encore aujourd’hui, on voudrait nous faire croire que les musulmans, ataviquement, génétiquement, racialement ; sont antinomiques aux idéaux de liberté, de démocratie, de laïcité. Qu’en quelque sorte, les libertés démocratiques fondamentales sont un sport de riches blancs et que cela ne vaut rien pour les peuples opprimés.

Les peuples arabes sont en train d’écrire une nouvelle page de liberté dans l’histoire humaine. Et comme toute page historique, elle est malheureusement écrite avec le sang des hommes, des femmes, des vieillards, des enfants.

Comment juger un processus historique sous la pression des images ? Il se passe, en effet, des choses bien étranges. Le petit impérialisme français monte sur ses ergots, j’allais dire sur ses talonnettes. Bravache, il n’est, en fait, que le pantin des Etats-Unis.

Va-t-en-guerre, il déclare vouloir « libérer la Lybie d’un dictateur ». Oui, mais, il participe à une coalition avec l’Arabie Saoudite, grande démocratie devant l’Eternel, qui vient d’envoyer des milliers de soldats et des dizaines de chars pour écraser dans le sang le peuple qui se révolte aussi contre le dictateur du Bahreïn. Toutes les dictatures ne se valent pas, semble-t-il.

En ces temps de tsunamis, il y aussi des glissements géographiques étonnants. Il y a des décennies a été crée l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, la fameuse OTAN. Si la banquise fond, il semble que l’Atlantique Nord s’étende désormais jusqu’en Afghanistan et au Moyen-Orient, puisque que les Etats-Unis exigent que cela soit l’OTAN qui fasse les bombardements en Afrique du Nord, dont on pensait qu’elle était la rive sud de la Méditerranée.

Mais les peuples arabes écrivent leur propre histoire. Ils impriment leurs pas dans la longue lignée des révolutions anglaises, nord-américaines, françaises, mexicaines, russes, turques et de toutes les autres par la suite.

L’Homme libre est de tous les pays, de tous les continents. Il marche et avance. Il brise les chaînes et forge sa liberté. L’Homme libre ; quelle que soit sa couleur de peau, sa culture, sa religion ou son absence de religion ; a la même aspiration : être un homme libre.

Cela s’appelle l’absolue liberté de conscience et le désir de liberté. Et face à cela, toutes les chaînes tomberont, à jamais. Les peuples arabes trouveront leur propre voie, qui, un peu plus tôt, un peu plus tard, posera le problème de la nécessaire séparation de la religion et des États.

Ce sont les peuples qui agissent. Et le peuple « laïcos » ne peut que s’émanciper du religieux, quelle que soit la place que les religieux prétendent impunément s’octroyer. L’Homme ou dieu, il faudra toujours choisir. La liberté ou l’oppression, tel sera toujours le dilemme.

Ce sont, apparemment des « religieux » qui ont ouvert le chemin des Lumières, c’est Luther qui a ouvert la voie de la modernité. Le bas clergé n’était pas pour rien dans la Révolution française.

Oui, mais, ils n’étaient que des porteurs de flambeaux qui ont éclairé le chemin. Ce sont les peuples qui ont tracé ensuite le sillon. Comme disait Confucius : « L’expérience est une lanterne accrochée dans le dos, qui n’éclaire que le chemin parcouru ».

Ce sont les luttes des peuples qui illuminent l’Humanité. Et jamais les porteurs d’obscurantisme. C’est pourquoi la Fédération nationale de la Libre Pensée exige l’arrêt des massacres et des bombardements. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes impose que cela soit les peuples qui décident de leur sort et non des dictateurs ou des missionnaires armés.

Depuis plusieurs années la Libre Pensée se bat pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple de la première guerre mondiale, je laisse le soin à Danielle Roy de vous en dire plus.

Alors, oui maudite soit la guerre, toutes les guerres ! Et maudits soient ceux qui les organisent !

Parce que le monde que nous voulons, c’est l’Homme libre dans la société libre :

Ni dieu, ni maître !
À bas la Calotte !
Et vive la Sociale !

Je vous remercie.

Sylvie Midavaine,
Présidente de la Fédération de Savoie de la Libre Pensée
Membre de la Commission Administrative Nationale de la Libre Pensée
Représentante de l’IHEU à la Commission des Droits de l’Homme à l’ONU (Genève)


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER