Intervention de bienvenue

Marc Blondel
Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée
mardi 16 septembre 2008
par  federation nationale
popularité : 69%

Mesdames, Messieurs, chers Camarades, chers Amis,
Citoyens, Citoyennes,

En avant propos de mon intervention de bienvenue, je voudrais, au nom des organisateurs qui, sous le patronage de l’IHEU ont initié notre réunion, vous présenter des excuses. En effet il n’a pas été possible de nous réunir à l’intérieur d’un édifice religieux, débaptisé pour la circonstance et financé, pour partie, par l’Etat et la ville de Paris, comme les Bernardins.

JPEG - 59.3 ko
Marc Blondel lors de son discours de bienvenue
"Je veux ensuite vous féliciter, vous, individuellement, vous êtes venus participer à ce rassemblement qui se veut en réaction à la visite du Pape en France, nonobstant les déclarations de Madame la Ministre de l’Intérieur qui a déclaré que la nébuleuse des libres penseurs opposés au Pape, feraient l’objet d’une surveillance particulière, nous assimilant ainsi à des terroristes."

Nous sommes ici dans le gymnase Japy qui, complémentairement au sport, a un passé militant qui fut le lieu de débats et d’une vie politique et militante intense. C’est ici que s’est tenu, en 1899, le premier congrès qui allait conduire à l’unification socialiste, comme l’a rappelé notre camarade Gabriel Gaudy.

Mes remerciements vont donc à l’organisation syndicale qui nous a permis d’obtenir l’utilisation de cette salle municipale. Vous ferais-je confidence que la ville de Paris semblait hésiter, ce qui aurait été paradoxal avec la souplesse et les facilités accordées à l’Eglise pour la visite du Pape.

Je veux ensuite vous féliciter, vous, individuellement, vous êtes venus participer à ce rassemblement qui se veut en réaction à la visite du Pape en France, nonobstant les déclarations de Madame la Ministre de l’Intérieur qui a déclaré que la nébuleuse des libres penseurs opposés au Pape, feraient l’objet d’une surveillance particulière, nous assimilant ainsi à des terroristes.

Il est vrai qu’au moment où l’on initie un système de renseignements comme EDVIGE, on ne peut s’étonner de ce genre d’affirmation paranoïaque.

Dramatisation, conditionnement, le Pape serait en danger, ou simplement méconnaissance des réalités politiques et sociales de notre pays.

L’expérience internationale me permet de rappeler que sont généralement considérés dans les dictatures comme criminels les syndicalistes contestataires et terroristes, les contestataires au régime.

Je veux ici rassurer à la fois nos amis des cinq Continents qui sont présents ou représentés ce jour dans cette réunion, ainsi que les fonctionnaires des renseignements généraux qui doivent être présents dans cette salle, nous sommes pacifistes, notre résistance est dictée par le refus d’être soumis à un dogme quel qu’il soit, nous voulons défendre notre liberté de pensée.

C’est la raison contre l’obscurantisme et si cela est agressif, les activistes fanatiques sont chez les autres.

Il m’appartient maintenant de préciser la nature de notre appel.

La visite du Pape Benoit XVI doit être à la charge de l’Eglise et non de la République et des fonds public.

L’Eglise doit rester dans la sphère spirituelle et privée, elle ne doit pas en tant que telle intervenir dans la société publique d’une République laïque et sociale.

Rappelons les choses.

Après avoir pris connaissance de l’intention du Pape de se rendre à Lourdes à

JPEG - 56.2 ko
La visite du Pape Benoit XVI doit être à la charge de l’Eglise et non de la République et des fonds publics.

l’occasion du 150ème anniversaire de l’apparition de la vierge à Bernadette de Soubirous « apparition et vierge entre guillemets » disait notre ami Pena Ruiz que nous qualifierons donc, par souci de vérité, « d’illumination de Madame de Soubirous », nous avons écrit :
au maire de Lourdes,
au Président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées,
au Président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées,

en leur précisant que cette visite, de caractère religieux, devait être à la charge de l’invitant, en l’occurrence des catholiques et ce en application de l’article 2 de la loi de 1905 qui indique clairement que la République ne subventionne ni ne salarie aucun culte.

Seul le Président de la Région, Martin MALVY, a donné immédiatement suite à notre correspondance, il nous a assuré qu’aucun fonds public à son niveau ne serait affecté à cette visite.

Sollicité à nouveau par voie recommandée, le Maire de Lourdes nous a fait parvenir une lettre il y a quelques jours dans laquelle, pour éviter de répondre à la question, il nous a sensibilisés à l’aspect touristique de Lourdes et aux finances que la localité et les commerçants perçoivent lors des pèlerinages. Réponse quelque peu jésuite qui assimile l’Eglise à un investissement touristique voire à un spectacle comparable à un concert de Madonna ou de Bigard au Stade de France.

Le Président du Conseil Général ne nous a pas répondu, et pourtant nous avons copie d’une délibération qui autorise la commune de Lourdes à assurer le déplacement et le financement par autocars des pèlerins dépense qui, initialement, devait être affectée au Conseil Général.

Mais, le dossier s’est compliqué avec l’invitation du Président de la République lors de son élévation comme chanoine d’honneur de Latran, l’ambigüité réside dans les faits suivants :

Qui a invité le Pape :

l’individu Sarkozy, présumé catholique,
le chanoine d’honneur de Latran,
le Président de la République Française ?

Encore une fois il s’agit de bien définir ce qui est de l’engagement spirituel privé et la fonction politique et citoyenne publique.

Il fallait lever l’équivoque et c’est la raison pour laquelle nous avons écrit au Président de la République lui demandant de bien vouloir nous préciser, afin de les rendre publiques, les dépenses engagées par l’Etat.

JPEG - 64.9 ko
nous avons contesté la théorie selon laquelle le Vatican serait un Etat.

Sans réponse pour l’instant, nous avons contesté la théorie selon laquelle le Vatican serait un Etat.

Il suffit de vérifier les Etats recensés par l’ONU pour voir que le Vatican, sur l’appellation de Saint-Siège - ce qui en soi règle le problème - n’est pas un Etat, il figure, sur les présents, comme observateur et de ce fait n’est pas engagé par les décisions.

Cette situation se retrouve dans les institutions internationales comme l’OIT.

Une analyse détaillée de notre ami Jean-Marc SCHIAPPA, démontre qu’en fait le Saint-Siège est avant tout une autorisation d’utilisation d’un terrain attribué à la religion catholique par accord entre le Pape Pie XI et Mussolini en 1929

Notons enfin que serait un Etat exclusivement bâti sur une religion. Ne serait-ce pas, par définition, un Etat théocratique, c’est-à-dire ce que nous contestons.

Cette narration un peu longue, j’en conviens, suffirait à notre détermination, mais de surcroit ils ont parlé.

Discours et Homélie qui sont loin de nous avoir rassurés.

Lui, le Président, je cite : « ce serait une folie de nous passer des religions, une faute contre la culture et la pensée, c’est pourquoi j’en appelle à une laïcité positive, une laïcité qui respecte, qui rassemble, qui dialogue et pas une laïcité qui exclut et qui dénonce » et de donner comme exemple de réalisation concrète la mise en place du RSA.

Le Pape quant à lui a déclaré :

« Je suis profondément convaincu qu’une nouvelle réflexion sur le vrai sens et sur l’importance de la laïcité est devenue nécessaire. Il est en effet fondamental … de prendre une conscience plus claire de la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences … ».

La curiosité vient du fait que l’on pourrait échanger les propos : Sarkozy parle comme le Pape qui parle comme Sarkozy.

Qu’ils se rassurent tous les deux, nous n’oublierons pas l’histoire et la place que les religions y ont prise, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous déclarons : Ca suffit !

Sans remonter à l’histoire ancienne bâtie sur l’obscurantisme, sur la soumission et le dogme, je prendrai l’exemple de 1904 où, lors d’un voyage en Italie, le Président de la République Française Emile Loubet, fut accueilli par les cris de : « Viva la France anti cléricale » ce qui, bien entendu, a provoqué l’ire du Vatican considérant qu’il était offensé.

Faut-il rappeler que nous étions au lendemain de l’affaire Dreyfus qui avait exacerbé les engagements communautaristes justifiés par l’antisémitisme. Jean Jaurès utilisera les réactions écrites du Vatican qu’il publiera lors du débat de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

C’est notre histoire.

JPEG - 68.8 ko
" fidèles à l’application de la loi de 1905, nous nous opposerons à la pénétration des Eglises, de toutes les Eglises et religions, dans la sphère publique."

Notre histoire c’est aussi la construction des cathédrales dont nous ne contestons pas l’intérêt artistique et architectural, il est cependant intéressant de prendre conscience des efforts considérables, des exigences et des sacrifices demandés aux paysans et prolétaires pour financer ces lieux de cultes. Au demeurant, il est intéressant de noter que les bâtisseurs de cathédrales étaient dénommés des free maçons ce qui, en Français, signifie maçons libres, c’est-à-dire qu’ils n’étaient pas dans l’obligation de pratiquer la religion pour laquelle ils exerçaient leur art.

Des libertins en quelque sorte, ces œuvres nous appartiennent autant qu’à l’Eglise, ils sont le patrimoine de la République.

La pénétration de l’Eglise dans les affaires de l’Etat est manifeste. Reprenons l’exemple du RSA avancé par le Président, le Revenu de Solidarité Active.

Qu’est-ce que le RSA, l’application pure et simple des principes de rerum novarum qui précise que la société est divisée en classes, que les hommes sont inégaux qu’il y a des riches et des pauvres, que c’est l’ordre naturel des choses, que l’on n’y peut rien.

Mais bien sur que les riches doivent savoir faire un geste vers les plus démunis, c’est le principe de la compassion très à la mode en ce moment. Celui qui donne est honoré, celui que reçoit humilié et les indulgences sont remplacées par les exonérations fiscales.

Il y a une différence fondamentale entre le RSA qui va institutionnaliser la pauvreté, le baume sur les plaies pour rendre l’inacceptable acceptable, nous sommes à la limite du lumpen prolétariat et le régime d’assurance chômage ou solidairement et à égalité, les travailleurs en activité financent le droit des chômeurs qui à leur tour financeront le régime pour d’autres lorsqu’ils retrouveront du travail.

C’est une question de dignité. Aussi, je conteste la qualification de révolutionnaire attribuée abusivement à Martin Hirsch qui, en fait, est un curé sans soutane.

Nous en resterons là pour les déclarations du Président que nous examineront dans le détail ultérieurement.

Mais, avant de conclure, je veux, au nom de tous les laïques participant ou non à notre travaux, dire que nous n’accepterons pas l’affirmation selon laquelle un instituteur ne vaudra jamais un pasteur ou un curé, cette agressivité n’est pas de mise, tout comme nous refusons le sous entendu indigne, et je pèse mes mots, lorsqu’il indique – nous rendant ainsi coupables – que la laïcité avait été incapable de s’opposer aux dictatures staliniennes ou hitlériennes.

Quant au problème de financement, notre réaction n’est pas poujadiste, nous attendons une réponse, nous ne nous satisferons pas d’informations journalistiques.

En un mot, fidèles à l’application de la loi de 1905, nous nous opposerons à la pénétration des Eglises, de toutes les Eglises et religions, dans la sphère publique.

Tout comme nous lutterons contre les communautarismes qui au nom de la diversité identifieraient les citoyens par religions, l’histoire voire le monde contemporain nous montre que cela conduit inéluctablement à l’affrontement et à la guerre.

Vive la laïcité.



Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER


Brèves

17 mars 2014 - EN HOMMAGE A MARC BLONDEL

Madame, Monsieur,
Chers amis, chers camarades,
Mes Sœurs et mes Frères,
La Fédération nationale (...)

23 avril 2012 - ABROGATION DE LA LOI DEBRE
sur "petition publique"

vous pouvez également signer la pétition pour l’abrogation de la loi Debré sur lesite de Pétition (...)

6 août 2011 - Le professeur Suisse licencié pour avoir voulu décrocher un crucifix est réintégré

Dans une brève parue le 28 janvier dernier, la Fédération Nationale informait avec indignation, (...)

28 janvier 2011 - Valais (Suisse) : Un prof licencié pour avoir décroché un crucifix

Un article très récent du "Matin" (le principal quotidien suisse francophone) rapporte qu’ "Un (...)

16 octobre 2010 - COMMUNIQUE

"Je suis jeune, tendez moi la main", Arthur Rimbaud
La Libre Pensée, plus vieille (...)