L’action internationale de la Libre Pensée

mardi 15 juillet 2008
par  libre pensee2
popularité : 55%

Chers amis, chers auditeurs, bonjour.

Au micro aujourd’hui : Roger Lepeix, du Bureau Exécutif de la Fédération Nationale de la Libre Pensée.
Je voudrais vous parler ce matin de l’action internationale de la Libre Pensée, et en particulier de plusieurs réunions importantes qui viennent de se tenir début Juin à Washington, aux Etats-Unis.

La Libre Pensée, comme association, a été créée il y a maintenant 160 ans, en liaison avec les événements de 1848. Comme l’a montré un colloque international, organisé récemment à Paris par la Libre Pensée et son Institut de Recherches, elle a tout de suite eu une dimension internationale, comme les événements de 1848 eux-mêmes. Ensuite, sous la IIIème République, si l’activité de la Libre Pensée a pu être importante, voire déterminante, dans la discussion et le vote de la grande loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905, il faut savoir que la discussion s’était menée là aussi à l’échelle internationale, notamment au cours des Congrès mondiaux de la Libre Pensée, celui de 1904 à Rome et celui de 1905 à Paris. Rappelons que ces Congrès rassemblaient environ 3000 délégués d’une cinquantaine de pays de plusieurs continents, à une époque où les transports n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui. Ces Congrès avaient explicitement, et en détail, discuté de la situation en France et de la meilleure manière d’intervenir pour séparer l’Etat et les Eglises.

Si la Libre Pensée a ensuite perdu de sa puissance au cours du XXème siècle, elle a pu retrouver complètement sa dimension internationale à partir des années 1990. En 1997, un meeting international organisé à Paris a permis de reprendre contact et de renouer des liens forts avec un certain nombre d’organisations, notamment en Europe : nos amis laïques de Belgique, la National Secular Society de Grande-Bretagne, les organisations de libre pensée de Norvège, des pays de l’Est, etc..

Dès ce moment la dimension internationale de notre activité est apparue fondamentale. Une manifestation à Bruxelles avait d’ailleurs été décidée suite à ce meeting.

Puis des tournées aux Etats-Unis et au Canada, pour discuter avec les principales organisations athées, ont complété cette palette de liens, qui ont amené à la situation d’aujourd’hui.

Depuis l’année 2000, la Fédération Nationale de la Libre Pensée est membre actif de l’IHEU, International Humanist and Ethical Union, en français Union Internationale Humaniste et Laïque. Elle a participé à toutes ses Assemblées Générales annuelles et à ses congrès, qui se tiennent tous les 3 ans. L’IHEU, fondée en 1952, regroupe actuellement 112 organisations de toutes tailles, dans 40 pays des 5 continents : des libres penseurs, mais plus généralement des humanistes, des rationalistes, des athées, des sceptiques, etc… Elle a des bureaux à Londres, New York, Hyderabad en Inde et Kampala en Ouganda. L’IHEU est reconnue comme ONG indépendante auprès de l’ONU à New York et à Genève, à l’UNESCO et au Conseil de l’Europe.
Nous rencontrons dans l’IHEU les militants américains, africains, les responsables des organisations de libre pensée d’Australie ou d’Amérique Latine, comme ceux des différents pays d’Europe.

L’activité de la Libre Pensée française sur le plan international s’appuie sur tous les contacts bilatéraux construits au cours des années avec toutes ces organisations, sur les rassemblements internationaux organisés à Paris en 1997 et 2003, et sur les manifestations internationales, notamment celles qui ont eu lieu dans les rues de Bruxelles en 1998 et en 2005. Elle s’appuie également sur les contacts quotidiens, les échanges d’informations, les campagnes en commun, etc… Notre intervention dans l’IHEU est un élément important de cette activité, naturellement en liaison avec tous les autres. Nous y défendons notamment l’indépendance des organisations humanistes, les revendications démocratiques, et en particulier la séparation des religions et des Etats.

En Juillet 2005, la Libre Pensée avait organisé à Paris, à l’UNESCO et à la Sorbonne, le Congrès trisannuel de l’IHEU, sur le thème de la séparation des Eglises et de l’Etat, bien sûr en relation avec le centenaire de la loi française de 1905. Ce Congrès, qui avait rassemblé plus de 300 délégués de 30 pays, avait adopté une résolution sur la séparation des religions et des Etats qui est aujourd’hui la base des campagnes de l’IHEU sur cette importante question.

Trois ans après, en Juin 2008, le congrès de l’IHEU a donc été organisé à Washington, par l’American Humanist Association. La délégation de la Libre Pensée française y a bien sûr participé activement, dans sa préparation, son déroulement, et ses conclusions. Jacques Lafouge, vice-président de la Libre Pensée, a présidé une session plénière ; j’ai moi-même été responsable de la commission des résolutions, et nous sommes également intervenus dans les réunions de travail, en particulier Philippe Besson, membre de notre Commission Administrative Nationale.

Ce Congrès a réuni plus de 500 délégués, dont bien sûr une grande majorité d’américains. Les principales discussions intervenues, en séances plénières comme dans les sessions parallèles ou les groupes de travail, ont concerné évidemment la séparation des religions et des Etats, mais aussi la liberté d’expression, la défense des droits de l’homme (et des droits de la femme), et la dérive observée dans les Institutions Internationales. Cette question de la nouvelle gouvernance de l’ONU a été reprise dans l’Assemblée Générale statutaire de l’IHEU, qui s’est réunie à l’occasion du Congrès. Une session spéciale, animée par les libres penseurs français, a montré que cette nouvelle gouvernance des organisations liées aux Nations-Unies se traduisait par une difficulté toujours plus grande pour les organisations indépendantes quand elles veulent s’exprimer, et une pression institutionnelle pour les réduire à un rôle d’exécutant de décisions prises sans elles. C’est une forme de ce que nous appelons en France le principe de subsidiarité, qui est l’inverse de la démocratie.

Cette dérive anti-démocratique des principales institutions internationales, en premier lieu celles liées à l’Organisation des Nations Unies, l’IHEU devra en tenir compte dans l’intervention de ses délégations et, en ce qui concerne la Libre Pensée, dans les interventions de l’IHEU à l’UNESCO à Paris et au Conseil de l’Europe à Strasbourg.

Ont aussi été débattues les questions suivantes, qui traversent les discussions qui ont lieu dans chaque pays, et à l’échelle internationale :

- Faut-il réclamer que dans chaque pays les médias publics, donc financés par l’impôt, accordent autant de place aux organisations non-religieuses qu’aux religions ? Ou faut-il exiger que les médias publics ne financent en aucun cas la propagande religieuse ?

- Faut-il enseigner les religions dans les écoles publiques, au nom du droit à l’information, ce que nous appelons en France le « fait religieux » ? Ou faut-il supprimer toute catéchèse à l’école publique et interdire que les fonds publics servent à l’endoctrinement ?

- Comment défendre un enseignement des sciences basé sur la raison, en particulier sur la théorie de l’évolution, contre les différentes tentatives cléricales, basées sur le créationnisme ou sur le « dessein intelligent » ?

- Y a-t-il une différence de nature entre les religions et les sectes ? Nous savons en France que religions et sectes sont les deux faces de la même médaille pieuse, que chaque religion a ses aspects sectaires, et que l’Assemblée Nationale a recherché vainement à les distinguer pendant ces 20 dernières années. Nous savons aussi que la lutte contre les sectes est souvent menée par les religions établies, qui craignent la concurrence. Ceci est maintenant bien compris partout au plan international, ce qui est un réel progrès.

Ces questions, qui se posent en France comme à l’échelle internationale, sont activement discutées dans l’IHEU, chaque organisation défendant son point de vue, largement basé sur son expérience nationale. La Libre Pensée française est généralement très écoutée, et nous pouvons souvent faire évoluer les débats. Nous y apprenons aussi comment raisonnent les organisations humanistes et libres penseuses dans d’autres pays, et cela nous est très utile pour nos activités au plan national.

L’existence de la grande loi française de séparation de 1905 entre les Eglises et l’Etat est une référence à l’échelle mondiale. Beaucoup de défenseurs de la laïcité dans de nombreux pays la considèrent comme un point d’appui pour leurs propres campagnes nationales. Nous ne manquons pas de leur expliquer d’où elle sort et de quelles manières cette loi républicaine est maintenant attaquée de tous côtés.

L’action internationale de la Libre Pensée a pris depuis quelques années une dimension supplémentaire, à travers la création et le fonctionnement du Comité International de Liaison des Athées et des Libres Penseurs. Ce Comité a été créé à Paris, en Juillet 2005, dans le cadre général du Congrès de Paris de l’IHEU, au cours d’une réunion qui s’est tenue dans la grande salle du Conseil Economique et Social, au Palais d’Iéna. Ce Comité de Liaison correspond aujourd’hui à une nécessité. A l’échelle internationale, les athées et les libres penseurs des 5 continents ont appris à se connaître et à travailler ensemble. Ils doivent maintenant aller plus loin et essayer de reconstruire cette Union Internationale de la Libre Pensée qui nous fait défaut actuellement.
A court terme, l’objectif est d’avancer vers cette structuration, pas de refaire tout de suite cette Union Internationale de la Libre Pensée qui avait pu organiser les Congrès de 1904 et 1905, même si cela est notre objectif à terme. Nous avons donc utilisé l’opportunité du Congrès IHEU de Juin 2008 à Washington pour organiser une réunion du Comité de Liaison International des Athées et des Libres Penseurs. Après une longue discussion, nous avons adopté un texte d’appel pour la préparation d’un vrai Congrès de refondation de l’Union Internationale de la Libre Pensée, qui pourrait se tenir en 2011 en Norvège, à l’occasion du prochain congrès mondial de l’IHEU.

Ce ne sera pas simple, nous devrons définir les contours de cette nouvelle organisation internationale, son mode de fonctionnement, ses priorités et ses axes de travail. Mais la discussion est maintenant bien engagée, et nous sommes confiants. L’année 2011 devrait voir le retour d’une vraie Internationale de la Libre Pensée.

La dimension internationale de l’activité de la Libre Pensée est une nécessité. Aujourd’hui, avec la mondialisation, seules les organisations qui sont implantées à l’échelle mondiale peuvent prétendre jouer un rôle réel, à l’échelle où les problèmes se posent et où les sociétés évoluent. Par exemple, la défense aujourd’hui de la loi française de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 ne peut faire abstraction au minimum de la dimension européenne, puisque les attaques principales viennent de ce niveau. La principale menace contre la loi de 1905 est en effet aujourd’hui le Traité de Lisbonne, qui s’il était ratifié donnerait à l’Union Européenne les moyens de supprimer dans les faits la loi de 1905, par sa subordination au Traité de Lisbonne, qui lui serait juridiquement supérieur, et qui prévoit explicitement dans son Article 16 C un espace institutionnel pour les Eglises. Ce cléricalisme institutionnalisé dans l’Union Européenne s’imposerait donc à toute application de la loi française de séparation, à travers les juridictions européennes.

La bataille se mène. Les Irlandais viennent de montrer que si les dirigeants des 27 pays de l’Union Européenne sont pour le Traité de Lisbonne, ce n’est pas du tout le cas des peuples. Tout le monde sait que si un référendum était organisé en France sur le Traité de Lisbonne, il serait rejeté par les citoyens. Mais l’Union Européenne n’a que faire de l’opinion des citoyens.
C’est pourquoi la Libre Pensée appelle à la mobilisation pour défendre la laïcité, c’est à dire la séparation des Eglises et des Etats.

Et là aussi, la campagne permanente de l’IHEU pour la séparation a servi de point de départ à une campagne dont les organisations françaises membres de l’IHEU ont pris l’initiative. La Fédération Nationale de la Libre Pensée, la Ligue de l’Enseignement, l’Union Rationaliste et le CAEDEL Europe et Laïcité, rejointes par plus de 20 organisations d’Europe et d’ailleurs, appellent à un grand rassemblement à Paris le 14 Septembre, donc à l’occasion de la venue en France du Pape Benoît 16. Il ne s’agit pas bien sûr de s’opposer à sa venue, mais de défendre la laïcité, en s’opposant à tout versement d’argent public qui serait contraire à la loi de 1905.
Les axes de ce rassemblement sont donc :
-  Contre le financement public des activités cultuelles
-  Pour la laïcité en Europe
-  Pour la séparation des Etats et des religions

Les défenseurs de la démocratie et de la laïcité ont du pain sur la planche. La Libre Pensée les appelle à se rassembler le 14 Septembre à Paris pour défendre nos acquis républicains.
Prenez contact avec la Libre Pensée au 10 – 12 rue des Fossés Saint-Jacques à Paris 5ème, téléphone 01 46 34 21 50, ou par courrier électronique à libre.pensee@wanadoo.fr . Vous pouvez naturellement y demander une copie de cette chronique.
Nous vous rappelons que le mensuel de la Libre Pensée, La Raison, est en vente dans les kiosques, et nous vous donnons rendez-vous le mois prochain sur France-Culture.

Roger Lepeix


Documents joints

Emission du 13/07/08
Emission du 13/07/08

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER