LIBERTE ABSOLUE DE CONSCIENCE

par Michel Godicheau (CAN de la FNLP, trésorier)
dimanche 30 mars 2008
par  federation nationale
popularité : 95%

La liberté absolue de conscience reste un concept inacceptable pour les monothéismes qui lui opposent la « liberté religieuse ». Mais la « liberté religieuse » n’est rien d’autre que l’obligation d’adhérer à la communauté que désigne sa naissance ou son « territoire », pour reprendre l’abomination lexicale à la mode.

Le pape des catholiques aussi bien que les thuriféraires des autres confessions sont habiles à faire modifier les institutions à leur profit, en modulant selon qu’ils sont ou non en position dominante.

Nous autres, libres penseurs organisés, savons au contraire que renvoyer la religion dans la sphère privée est la condition pour permettre à l’individu d’exister comme être libre.

Nous autres, libres penseurs, n’avons pas de dogmes de substitution à proposer. Nous nous battons pour cette liberté absolue de conscience, afin que le citoyen fasse ses choix d’engagement en fonction de sa place dans la société et des intérêts ou des positions qu’il choisit d’y défendre. Au contraire, les Ratzinger et leurs semblables savent profiter de chaque retour en arrière, et la ratification du traité de Lisbonne est un des derniers reculs en date.

Le traité de Lisbonne institue la religion comme une affaire publique dans l’Union Européenne. Mais la religion affaire publique, cela nous ramène au Chevalier de la Barre : l’irrespect de ce libertin du XVIIIème siècle à l’égard d’une procession fut le prétexte de son arrestation, de sa torture et de son supplice. C’est aussi ouvrir la voie à la légitimation de la tyrannie domestique organisée par le droit canonique, le talmud ou la charia.

Les diverses sortes de censure sont parfaitement envisageables dans la logique de l’art 16 c du traité de Lisbonne qui définit la place des religions dans l’Europe chrétienne.

Dans ce contexte, il faut saluer la victoire de nos amis britanniques de la National Secular Society (NSS) : avoir obtenu du parlement l’abrogation du délit de blasphème qui existait encore en Grande-Bretagne c’est nous offrir un point d’appui pour préserver la liberté contre les vents mauvais, c’est prouver que l’engagement pour la séparation est un choix efficace.

Défendons la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat et restaurons son autorité. Nous pouvons nous appuyer sur la majorité de nos concitoyens .


Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER