« Qui porte sa part du fardeau, doit avoir sa part de droits »
Victor Hugo aux funérailles de Georges Sand

jeudi 24 juillet 2014
par  federation nationale
popularité : 49%

A l’heure où le gouvernement prévoit un plan de mesures sur la question de « l’intégration » des étrangers où il occulte complètement la question de leur droit de vote, la Fédération nationale de la Libre Pensée tient à rappeler les principes démocratiques qui la fondent.

La question du droit de vote est liée, à travers toute notre histoire, à la question de la citoyenneté.

Qu’est-ce qu’un citoyen ?

La Libre Pensée fait sienne la conception qui a prévalu lors de l’adoption de la Constitution de 1793, la plus démocratique que la France ait connue et, à cause de cela sans doute qui n’a jamais été appliquée. Il n’empêche qu’elle a fondé un principe qui a traversé les siècles. Elle constitue la seule réponse démocratique possible aux questions posées aujourd’hui.

En son article 4, elle dispose : « - Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis ; - Tout étranger âgé de vingt et un ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année - Y vit de son travail - Ou acquiert une propriété - Ou épouse une Française - Ou adopte un enfant - Ou nourrit un vieillard ; - Tout étranger enfin, qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l’humanité - Est admis à l’exercice des Droits de citoyen français. »

En conséquence, la Libre Pensée considère que tous ceux qui sont présents sur le territoire de la République et qui participent de fait à l’enrichissement des biens de la Nation et contribuent au financement des services publics d’une manière ou d’une autre, doivent avoir le droit d’exprimer leurs volontés par le biais du suffrage universel.

Il ne saurait y avoir deux catégories « d’étrangers » résidant dans le pays

Depuis les décisions prises avec la mise en place des institutions supranationales de l’Union européenne, les résidents étrangers membres de l’Union européenne peuvent voter aux élections locales.

En clair, il y aurait d’un côté de « bons » européens qui peuvent participer aux prises de décisions sans pouvoir être pourtant élus (comme Maire ou adjoint) dans les structures des collectivités territoriales, d’un autre le reste de l’Europe, les africains, asiatiques, océaniens, amérindiens …

Comment peut-on accepter que les uns et les autres, qui sont dans la même situation, n’aient pas les mêmes droits d’exprimer leurs volontés ? Comment accepter que certains puissent voter et ne pas être élus aux responsabilités ? Ils paient, pour la plupart, des impôts, et n’auraient pas le droit d’en décréter l’usage comme le reste des citoyens ?

Il faut en finir avec cet apartheid électoral

Partisane de l’égalité réelle en droits de tous les êtres humains qui vivent sur le territoire national et qui participent à la vie et à l’enrichissement de la société, notamment par leur travail ; la Fédération nationale de la Libre Pensée se prononce pour le droit de vote et d’éligibilité universels de tous ceux qui habitent en France.

C’est la seule solution positive pour assurer une réelle égalité des droits des ressortissants vivant sur le territoire de la République. Il appartiendra ensuite au Législateur de fixer les modalités d’applications du droit de vote et d’éligibilité universels.


Documents joints

motion format pdf
motion format pdf

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER