Intervention à la chambre

Extraits de son intervention à la Chambre durant le débat sur la loi de 1905, publié au J.O du 10 avril 1905
dimanche 27 novembre 2005
par  federation nationale
popularité : 52%

ALLARD Maurice, Édouard, Eugène.

Né le 1er mai 1860 à Amboise (Indre-et-Loire) ; mort le 27 novembre 1942 ; célibataire ; avocat ; publiciste ; militant et député socialiste.

« Nous, libres penseurs, quelle est la séparation que nous voulons ? Ce ne peut être que celle qui amènera la diminution de la malfaisance de l’Église et des religions.

Certes, nous ne voulions attenter à aucune croyance.Mais nous espérions que le bloc romain, dégagé de la hiérarchie administrative et livré à lui-même, brisé et émietté, ne serait plus devant nous qu’à l’état de croyances religieuses individuelles, à l’état de petites chapelles sans lien ni ciment, comme le sont toutes ces petites confessions secondaires et non reconnues que vous connaissez. Or, loin de briser le bloc romain, vous lui assurez, par des privilèges spéciaux, sa continuité, sa durée, sa solidité... [Quant aux immeubles du culte], je vous assure que les conseils municipaux sauraient parfaitement en faire un usage utile et véritablement profitable au progrès de la civilisation : on est tout prêt à y installer des bibliothèques, des cours, à y établir toutes sortes d’œuvres sociales, de solidarité, d’œuvres véritablement [...]

« La liberté de conscience est une question de droit privé ; la liberté religieuse est une question de droit public et particulièrement de droit politique. La liberté de conscience, si complète qu’elle puisse être, n’embarrasse que les tyrans et les fanatiques intraitables. La liberté religieuse, entendue dans un sens trop absolu, soulève des difficultés d’autant plus graves qu’on prend plus d’intérêt à la liberté civile et au devoir qui appartient à l’Etat de se défendre lui-même [...

Je l’ai dit en commençant, je le redis encore : ce que nous poursuivons, c’est la lutte contre l’Eglise, qui est un danger politique et un danger social. Nous ne devons donc, sous aucune forme, fournir à l’Eglise le prestige et les moyens d’action qui lui manqueront le jour où elle sera abandonnée à elle-même ...
J’ai déclaré que je ne cachais pas mes intentions, qui devraient être celles de tous les véritables républicains. Il faut le dire très haut : il y a incompatibilité entre l’Eglise, le catholicisme, ou même le christianisme et tout régime républicain. Le christianisme est un outrage à la raison, un outrage à la nature. »


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER