A propos d’une initiative parlementaire
pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple
de 1914-1918

mardi 27 mai 2014
par  federation nationale
popularité : 92%

La Fédération nationale de la Libre Pensée agit depuis plus de vingt ans pour la réhabilitation collective des 650 Fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale. Avec l’Association Républicaine des Anciens Combattants, l’Union Pacifiste de France, le Mouvement de la Paix et nombre de sections de la Ligue des Droits de l’Homme, elle œuvre inlassablement à ce que justice soit rendue pour ces victimes de cette guerre barbare et inhumaine.

A l’actif de ces actions collectives, plus personne n’ose prétendre que ces victimes des Conseils de guerre furent des lâches. Même les plus hautes autorités de l’Etat l’ont reconnu. Et pourtant, « de droite comme de gauche », elles se refusent à rendre justice et honneur aux 650 Fusillés pour l’exemple et à leurs familles.

C’est une infamie et une tache sur l’honneur de la République

Le 19 décembre 2008, le Groupe du Front de Gauche a déposé au Sénat une « proposition de loi relative à la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la guerre de 1914-1918 ». Celle-ci devrait venir en discussion au Sénat, par le biais d’une niche parlementaire, le 19 juin 2014.

Pour la Libre Pensée, tout ce qui va dans le sens du combat pour cette réhabilitation collective ne peut être que positif. Elle constate que l’intérêt de l’opinion publique ne se dément pas pour cette grande cause, malgré le reniement du Président de la République le 7 novembre 2013.

Articles de journaux, films en tournage, livres, prises de position de nombreuses municipalités, le silence ne retombe pas sur cette exigence démocratique de justice. Et c’est bien ainsi.

La Fédération nationale de la Libre Pensée, s’étonne, à ce titre, de ne pas avoir été conviée à l’initiative du PCF du 14 mai 2014 où son secrétaire national, Pierre Laurent, a annoncé le futur débat au Sénat du 22 juin 2014 sur cette proposition de loi.

Si, la Libre Pensée partage l’exposé des motifs de cette proposition de loi, elle ne se reconnaît nullement dans l’article unique, ce qui en constitue l’essentiel. Celui-ci dit : « Les « fusillés pour l’exemple » de la première guerre mondiale font l’objet d’une réhabilitation générale et collective et en conséquence la Nation exprime officiellement sa demande de pardon à leurs familles et à la population du pays tout entier. Leurs noms sont portés sur les monuments aux morts de la guerre de 14-18 et la mention « mort pour la France » leur est accordée. »

Nous sommes en République, pas en monarchie

Pas plus que nous étions pour que le « pardon » soit accordé aux 650 Fusillés pour l’exemple en France (comme l’a fait la monarchie anglaise pour les 306 Fusillés pour l’exemple pour le Royaume-Uni), car ils n’avaient rien à se faire pardonner ; nous ne pouvons être pour que la République « demande pardon ». Avec le pardon, nous ne sommes plus en République.

Nous refusons la contrition, nous exigeons la justice. La République n’a pas à s’inscrire dans le dolorisme des excuses et dans le mémoriel permanent. Elle doit rendre la justice à ces 650 victimes de la barbarie militariste.

Quant à l’inscription sur les monuments aux morts, la Libre Pensée considère toujours que cette décision appartient aux familles des Fusillés et à elles-seules. La Libre Pensée rappelle aussi que ces 650 Fusillés l’ont été PAR la France et non POUR la France.

Pour sa part, la Fédération nationale de la Libre Pensée continuera son combat pour que la République réhabilite pleinement et collectivement les 650 Fusillés pour l’exemple.

Nous sommes aussi la République !

Justice sera rendue pour les 650 Fusillés pour l’exemple !

Paris, le 27 mai 2014

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER