Colloque « Liberté de conscience, liberté pour la science »
réunis à l’Université de Lille, les 16 et 17 mai 2014,

mardi 20 mai 2014
par  federation nationale
popularité : 49%

A Lille s’est tenu les 16 et 17 mai, un colloque intitulé ’Liberté de Conscience, Liberté pour la Science’, sous l’égide de l’Association Internationale de la Libre Pensée, de la Fédération Française de la Libre Pensée, du Comité d’Action Laïque de Belgique, des Amis de la Morale Laïque de Belgique et de la Fédération Humaniste Européenne. Passionnant et passionné, ce colloque a poursuivi et approfondi une réflexion générale des libres penseurs, humanistes et athées européens sur cet élément précieux du progrès humain qu’est la recherche scientifique, et sur les entraves que des forces diverses voudraient lui opposer.

Deux autres l’avaient précédé, à Barcelone en 2011 et Thessalonique en 2012, et il était réconfortant de constater que les protagonistes, chercheurs, enseignants, médecins, philosophes et juristes ont été fidèles à ce mouvement de réflexion, tout en sachant renouveler leurs propos. Nos lecteurs auront la possibilité de s’en procurer les actes et pourront juger sur pièce. Remarquablement bien accueillis par le vice-président de l’Université de Lille 1, le colloque fut introduit par une vigoureuse allocution de Guy Lengagne,

JPEG - 60.5 ko
G Lengagne

ancien député et ancien ministre, ancien membre du Conseil de l’Europe, connu pour son combat au sein de ce Conseil contre l’enseignement du créationnisme, dénonçant les pressions cléricales qui ont précédé l’adoption des lois dites de bioéthique en France. Au total, deux jours de réflexions et de discussions intenses, qui ont donné lieu, comme à Barcelone, à une résolution finale.

Résolution

Les participants au colloque « Liberté de conscience, liberté pour la science » réunis à l’Université de Lille 1, les 16 et 17 mai 2014, constatent que La recherche scientifique est confrontée à des difficultés liées aux résistances des obscurantismes religieux traditionnels et de nouveaux obscurantismes qui se manifestent sous la forme d’un relativisme encouragé par des présentations idéologiques ou par des décisions dogmatiques concernant l’objet des recherches..

Cela conduit, dans les cas les plus graves, à la destruction violente d’expériences scientifiques, au recul du progrès de la connaissance, et au blocage de projets de recherche prometteurs.

Les participants le réaffirment : la recherche scientifique est fondée sur le doute et ne saurait prospérer sous la pression de ceux qui prétendent posséder la vérité., scientifiques ou non. La liberté de la recherche doit être préservée ou conquise en Europe.

JPEG - 76.1 ko
une partie de la tribune

Ils tiennent à souligner également, que les tutelles scientifiques, les gouvernements et les instances supranationales, loin de protéger les chercheurs de la pression des lobbies économiques et financiers, accentuent les incitations à s’y soumettre.

Les décisions de santé publique et les débats éthiques , sur les applications des technologies, les avancées ou les nouvelles demandes sociales, doivent obéir au principe de laïcité, c’est-à-dire être tenus à l’écart des lobbys religieux et autres. Ces décisions seraient d’ailleurs réduites à néant si l’accès aux soins n’était assuré du fait de la destruction des systèmes de Sécurité Sociale.

Enfin, constatant que les enjeux de la recherche scientifique sont le plus souvent travestis par les média et peu compris du grand public, ils insistent sur l’importance cruciale de l’enseignement des sciences et sur la promotion d’une véritable culture scientifique.

JPEG - 77.5 ko
G Lengagne à la tribune

Les participants reprennent la déclaration adoptée à Barcelone en 2011, qui reste toujours d’actualité, et décident de la republier dans les actes du dit colloque.


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

RETROUVEZ LA LIBRE PENSEE SUR TWITTER